À contre-courant des idées dominantes, ICOM a défendu avant l’heure la loi sur la responsabilité sociale des entreprises : participation et intéressement des salariés, annualisation du temps de travail…

Voilà les réalités ICOM :

  • Le passage anticipé aux 35 heures en 2000 sans baisse de salaire (22 jours de RTT)
  • L’engagement pour une vraie politique de gestion participative* 
  • Un actionnariat salarié réel : 40 % des salariés sont actionnaires et détiennent près de 80 % du capital social de l’entreprise,
  • Un intéressement égal pour tous à hauteur de 25 % du résultat avant impôt (décision prise collectivement en 2001),
  • La mise en place d’un plan épargne entreprise avec un abondement de l’entreprise à hauteur de 20 % en 2007,
  • La participation des salariés à l’élaboration de ses deux projets d’entreprise (le 1er  en 2002 : Cap 2005). Le second baptisé « Convergence 2010 » prône l’alliance du profit, du social et de l’environnemental pour une économie plus humaine.L’élection en 2006 de délégués du personnel pour développer le dialogue social dans l’entreprise.
  • L’information des collaborateur sur les réalités économiques de l’entreprise. 
  • Un management favorisant l’autonomie, la responsabilisation et l’implication.
  • Une politique de rémunération transparente s’appuyant sur les valeurs de l’entreprise.
  • Le respect des fournisseurs qui contribuent à la production de la chaîne de valeur ICOM.
  • Le choix de fournisseurs eux-même engagés dans une démarche responsable et durable (Exemple : imprimeurs Labelisés Imprim vert).  
  • La valorisation des jeunes talents.

* Dans l’esprit de la FONDACT, Association pour la gestion participative, l’épargne salariale et l’actionnariat de responsabilité